vancouverture 1140x532 - Mes meilleurs conseils pour acheter son van
Avant de partir,  Conseils de voyage,  La vie en van

Mes meilleurs conseils pour acheter son van

Cette année j’ai un nouveau projet ! Celui d’acheter un van et de l’aménager en campervan. Il faut bien croire que mon expérience de 7 mois en van en Nouvelle-Zélande à laissé des traces. J’ai tellement adoré que j’aimerais faire la même chose en Europe.

Mais avant tout, il me faut trouver la base, sans qui tout cela ne serait pas possible : un van.

Et là, c’est parti pour des recherches dans tous les sens. Je ne sais pas exactement quoi prendre car les véhicules que j’aimais tellement au pays des kiwis ne sont pas importés ici. Je dois donc tout refaire à zéro sur mes préférences.

Dans l’idéal, je voyagerais seule et j’ai donc besoin d’un véhicule qui peut être discret, pas trop grand mais ou j’y ai quand même mon confort.

Si vous êtes dans le même cas que moi, il existe quelques véhicules qui sont tout simplement idéaux pour ça, voici dans la liste ci-dessous, les critères que j’avais sélectionné pour mes recherches.

Mes envies :

  • Pas trop arrondi sur le toit, car espace perdu.
  • Un moteur entretenu avec carnet d’entretien complet.
  • Pas trop grand pour pouvoir me garer n’importe ou pour dormir. ( Au-dessus de 2m on est considéré comme camping-car et il faut dormir dans des parkings spéciaux et on paie plus cher aux péages ). Un modèle dit de type : fourgon est donc l’idéal.
  • Peu importe de me mettre debout dedans ou pas, je n’en ai pas eu besoin en Nouvelle-Zélande et j’étais très confort.
  • Un kilométrage pas trop important car je compte faire de la route.
  • Au moins 3 places devant car je souhaite faire du covoiturage / blablacar afin de payer moins mes trajets et de réduire mon empreinte carbone.
  • Un intérieur bousillé / carrosserie avec des bosses : comme je compte refaire tout l’intérieur, qu’importe l’état de l’utilitaire ( néamoins, un intérieur négligé et sale montre comment son propriétaire précédent s’en occupe, pas hyper encourageant … ) et si il y a des bosses sur la tôle je m’en fiche un peu car je compte probablement en faire pendant mon voyage 😀
  • Dans l’idéal un moteur à essence pour pouvoir y installer un moteur à eau (réduit de 30% sa consommation et + écologique ).

Un fourgon utilitaire ?

L’avantage de l’utilitaire c’est qu’il est beaucoup moins cher qu’une voiture ! Et c’est un avantage non négligeable quand on veut se faire un budget pour un voyage en baroudeuse.

Mon budget de base est de 4000€ pour un van. Ça semble peu mais il y a beaucoup de modèle déjà très très bien à ce prix-là, il ne m’en faut donc pas plus.

Quels sont les modèles « types » ?

Si vous êtes en mode « petit confort et basique » le citroen berlingo , le peugeot partner, le citroen jumper ou encore le fiat scudo sont de très bonnes options. Très discret, consomme peut, vous pouvez allez partout ou vous le souhaiter et encore plus visiter des centres villes sans problème de « taille » à transporter.

Vient ensuite les fourgons, plus grand mais assez discret quand même pour être passe-partout. C’est ici que j’ai choisi pour mon van parmi les modèles suivants :

  • Opel vivaro
  • Renault Traffic
  • Ford transit

Pour moi, ce sont les 3 meilleures options pour une voyageuse qui ne veut pas avoir trop de galères pour se garer ou rouler en ville. J’ai donc orienté toutes mes recherches sur les sites de vente sur ces 3 options.

 

Mon van

Une histoire de centimètres …

Alors même dans ces catégories de fourgon on peut avoir plusieurs tailles. Et oui !

Celle la plus représentée et achetée est le fourgon dit : L1H1 ( longueur 1 et hauteur 1 ). Mais après avoir fait des recherches je me suis rendue compte qu’on pouvait trouver aussi quelques fois des types L2H1. Ce qui est bien c’est que la hauteur est la même, il y a juste « 40cm » en plus à l’arrière en longueur.  ( Longueur 2, donc plus grande ). On trouve aussi des L2H2 ou L3H3 ect … mais là c’est carrément trop large pour moi.

Et 40cm c’est beaucoup pour un aménagement de campervan ! C’est la taille d’une armoire ou de pas mal de possibilités en plus.

Je me suis donc mise à la recherche des 3 fourgons dans cette taille. Et là … c’est tout de suite beaucoup plus compliqué car il y en a environ 50x moins que les L1H1. Un choix qui se réduit à peau de chagrin …

On cherche où pour trouver ces véhicules ?

Habitant à la frontière Belge/Française, c’est plutôt un bonus pour moi car j’ai pu chercher dans les deux pays. Mais je me suis plutôt focalisée sur la Belgique car les véhicules sont clairement moins chers qu’en France. Et oui …

Voici quelques sites que j’ai utilisés :

Et c’est sur market place que j’ai trouvé l’annonce qui m’a donné le plus envie ! Un renault traffic L2H1 qui semblait parfait pour moi. Après avoir contacté le propriétaire, me voila en route avec mon ami garagiste : Dylan.

Une fois sur place, je regarde quoi ?

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un ami garagiste avec soi, je dois vous avouer que sans lui j’aurais été bien perdue …

C’est pourquoi il m’a expliqué les quelques choses à savoir pour être sûr d’éviter les problèmes les plus « fréquents » ( Même si avec un véhicule, on est jamais au bout de nos surprises, au moins il a essayé les tests « classiques ». )

  • Vérifiez le nombre de kilomètres par rapport à l’année. Par exemple : 150.000km pour une voiture de 4 ans d’âge peut signifier beaucoup d’autoroute, donc des « bons kilomètres ». Si la voiture à 15 ans et 150.000km, ça sera probablement plus de la « ville ». Demandez simplement au propriétaire son usage au quotidien.
  • Un véhicule très mal soigné à l’intérieur peu indiquer des propriétaires négligents. Et s’ils sont peu soigneux avec leur véhicule, ils le sont probablement aussi pour les entretiens et les réparations.
  • Regardez le capot devant. Si il est parfaitement emboîté avec le reste de la carrosserie ou si il est un peu « décalé » ou surélevé des côtés. Cela peut traduire un « choc frontal » et mon ami m’a dit : Non. On n’achète jamais ça, mauvais.
  • Demandez toujours pour faire un tour, il faut tester le véhicule. L’idéal est de le faire à froid pour voir comment réagit le moteur.
  • Demandez au vendeur pourquoi il vend son véhicule.
  • Quel était son utilisation ?
  • Allumez le moteur, appuyez sur l’accélérateur jusqu’à 2000 tours minutes et écoutez. Si vous entendez un petit sifflement alors c’est le turbo qui à un problème. ( Le prix pour changer un turbo peut aller jusqu’à 800€, autant éviter … ).
  • Vérifiez s’il n’y a pas de points de rouille : auquel cas, ne le prenez pas. Il pourrait ne plus passer au contrôle technique et montre un mauvais entretien de l’utilitaire.
  • La couleur de la carrosserie peu être aussi un gage d’un ancien accident. Si des couleurs diffèrent c’est qu’il y a eu changement de porte par exemple.
  • Selon le kilométrage regardez si c’est une courroie ou une chaîne de distribution et si cela à été changé. ( Si c’est une chaîne c’est parfait car il ne faut pas la changer. Une courroie doit être changée toute les 120.000 à 150.000 km selon les voitures ).
  • Demandez le carnet complet d’entretien et toutes les factures des dernières réparations. S’il n’y a rien, c’est son avis contre … rien. Il vaut mieux éviter.
  • Le contrôle technique en ordre doit avoir été fait.
  • Testez tout : phares, essuies glaces, rétroviseurs, ouverture des portières …
  • Si un voyant reste allumé après avoir démarré c’est mauvais signe. C’est qu’il y déjà un problème qu’il vous faudra payer pour enlever.
  • En roulant, le van ne doit pas se déclasser sur le côté mais rouler droit si vous lâchez le volant.
  • Un volant très « dur à tourner » ou carrément pas du du tout peut suggérer un problème de direction. Et changer la colonne de direction est juste une ruine quand cela est encore possible… ( Avec Dylan nous avons été tester une Renault trafic et le volant était très très lâche et qu’il sentait qu’il y avait un problème de direction. Il m’a dit qu’on abandonnait tout de suite et on a rendu les clefs ).
  • Attention aussi aux vibrations sur le volant, ce n’est pas normal du tout.
  • Vérifiez bien les freins, faites des arrêts francs ( En zone dégagée ou sur un parking vide ).
  • Testez l’embrayage moteur tournant. Passez la troisième, tirez le frein à main et accélérez. Le moteur doit caler. Si ce n’est pas le cas, le disque d’embrayage est usé

Voila, le Renault traffic L2H1 qui me plaisait à passé les tests.

Et maintenant pour la vente, que me faut-il pour la conclure ? Verifiez bien d’avoir tous les documents suivants :

  • La facture avec nom et adresse du vendeur et caractéristiques de la voiture. ( Pour moi, écrit le nom complet de l’acheteur, avec le numéro de châssis du véhicule, la date de vente et mon nom complet. Voir un exemple ICI http://assurances-autos.be/wp-content/uploads/2012/01/facturefr.pdf j’ai aussi pris une photo de sa carte d’identité ).
  • le certificat d’immatriculation avec attestation du contrôle technique (délai maximum de deux mois).
  • le certificat de visite du contrôle technique.
  • le certificat de conformité garantissant que le véhicule satisfait aux spécifications techniques nécessaires.
  • un certificat pour l’installation LPG ou CNG si le véhicule en est équipé
  • Belgique : le Car-Pass, document officiel et obligatoire indiquant le kilométrage du véhicule.
  • La carte grise
  • France : Un exemplaire du certificat de cession (Cerfa 15776*01 version 2018) ;
  • France : Un certificat de non gage, appelé également certificat de situation administrative : téléchargeable gratuitement.

Et voilà ! Après des semaines de recherches, de visites de véhicules, d’appels, de papiers et de galère d’assurance, j’ai trouvé mon bonheur : mon renault traffic enfin en ordre et prêt pour la prochaine étape : l’aménagement.

J’espère que mon article à pu vous aider et vous aiguiller si vous étiez dans la même situation que moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Phasellus odio commodo fringilla Donec risus.