45695766 546880125773049 2664600497872175104 n - Faire du tourisme durable à Siem Reap
Asie,  Cambodge,  L'écologie en voyage,  Mille astuces pratiques

Faire du tourisme durable à Siem Reap

Après quelques mois de voyage, dont la Nouvelle-Zélande et quelques pays d’Asie du sud-ouest, nous quittons Bali pour rejoindre le pays des temples d’Angkor.

Lors de notre arrivée au Cambodge nous sommes restés quelques jours à Siem Reap la capitale. En premier pour nous reposer après l’intense Bali et aussi pour mieux y découvrir les choses à faire. On est un peu épuisés après des mois de voyage. Nous n’avons pas encore de plan sur notre séjour, on va voir au jour le jour et selon les avis des personnes qu’on rencontrera en route, pour ça, les auberges de jeunesses sont une mine d’or.

On a évidemment commencé par les magnifiques temples d’Angkor que je vous conseille chaudement ! (Je ne vais pas faire un article sur le sujet car d’autres blogueuses le font très bien. Mais je peux vous donner mon conseil : prenez un private tuk tuk et commencez le tour à l’envers).

Siem reap la ville n’a hélas pas énormément à offrir. Elle vit principalement grâce aux temples, donc au tourisme. Ce qui donne donc des rues avec des bars/restaurants en mode Disneyland dans l’ultra centre et où l’on se fait sans cesse alpaguer. Mais il suffit de s’en éloigner un peu pour retrouver des restaurants plus typiques et plus de calme, ouf !

Lorsqu’on tente de voyager écolo ou durable, ce n’est pas toujours évident de départager le « bon » du « mauvais tourisme ». Il y a les choses évidentes comme le centre de conservation des éléphants au Laos qui est un « vrai » centre qui soigne. Dans d’autres « centres » on va vous proposer de monter à dos d’éléphant il ne faut SURTOUT pas faire ces tours qui épuisent les éléphants car ils sont sollicités toute la journée et enchaînés au soir.

Mais d’autres sont plus subtils ou l’on se demande si l’on aide réellement la population ou simplement une ou deux sociétés qui se gave de l’argent du tourisme et gardent tout pour eux.

Heureusement Loic a trouvé 2 activités à faire qui intègrent parfaitement ces codes du tourisme durable : l’argent donné pour celles-ci sont injectées directement pour l’aide à la population.

 

Alors que voir/faire de « durable » à Siem reap ? ( infos pratiques à la fin )

Le cirque phare handle circus 

Une troupe de jeunes acrobates se met en scène dans un cirque et c’est carrément génialissime. Tout est orchestré, la musique dans un style métal, le décor et « l’histoire » ( Elles.Ils changent de show régulièrement ). Il ne faut pas s’attendre à juste de l’acrobatie sinon vous serez déçus, c’est un tout, un ensemble qui donne quelque chose de très dynamique et vivant.

Je suis restée scotchée du début à la fin par leur mise en scène drôle et émouvante.

tourisme durable à siem reap

Et donc, le durable ? Et bien ce cirque s’autofinance grâce aux touristes ET il finance en même temps une école de cirque dans un milieu défavorisé. Une fois les jeunes diplômés de cette école, ils viennent faire le show au cirque, c’est cyclique.  

Et ce n’est pas une « petite école » attention ! Elle à été ouverte en 1994 suite au retour de réfugiés victimes de Khmer rouge. Ils ont commencé à dessiner, apprendre l’art pour ensuite l’apprendre à leurs retour au village aux enfants des rues. Aujourd’hui grâce à l’argent du tourisme c’est plus de 1200 personnes formées, 500 en formations. L’école est gratuite.

 

tourisme durable à siem reap

 

En 2013 suite à l’ouverture du cirque au public et grâce au financement , elles.ils s’axent sur 3 points :

  • Créer des opportunités d’emplois pour les artistes cambodgiens.
  • Créer un modèle qui autofinance le cirque et l’école et des aides à des associations.
  • Revaloriser et promouvoir le secteur de l’art cambodgien aussi bien dans leur pays qu’internationalement.

tourisme durable à siem reap

Prix : 18 dollars en place C. ( il y a des places plus chères, mais clairement c’est inutile. La petite astuce c’est d’arriver en 1er, nous sommes arrivés 1h avant le show et on était les 1ers à attendre. On a donc pu choisir la meilleure place, devant la scène juste à côté des places à 36 dollars en zone A. Donc …le monsieur à 1m de moi avait payé double ses places et moi je voyais la même chose que lui. N’arrivez pas plus tard car il y a deux poteaux devant la scène et vous pourriez vous retrouver derrière).

Nous étions assis dans la partie C de gauche. 

 

 

L’autre activité durable est un tour en bateau sur les fameux villages flottant du lac Tonlé soap

tourisme durable à siem reap

Le lac Tonlé Sap est le plus grand lac d’eau douce d’Asie du sud-est. Pendant la saison sèche, la taille du lac se gonfle jusqu’a 5x, via l’eau l’eau qui coule dans le lac et dans la rivière Tonlé Sap. L’éco système est d’une richesse incroyable, mais malheureusement mis en danger par la population suite à la surpêche et la pollution. 

Une association gère ce tour, c’est la seule réellement éthique parmi les autres tours qui ne sont que «  des attrapes touristes et où l’argent ne va qu’a eux ». ( On va même carrément vous forcer à acheter des produits soit disant locaux, ce qui n’est pas le cas du tour qu’on a pris ).

Elles.ils viennent nous chercher à l’hôtel, ce qui est assez pratique. Nous avons eu une guide fantastique ! Drôle, parlant très bien anglais et nous donnant des tonnes d’infos sur le Cambodge ( voir photo plus bas ).

On commence par un « food tour » où l’on découvre des spécialités du pays : le bamboo sticky rice et le donught Cambodgien. Les deux sont un délice ! ( le bambou est évidé, on y met du riz collant avec du sucre et des haricots rouge, on laisse cuire sur un petit feu et ça donne une sorte de « crêpe » de riz. Quand aux donughts ils sont fait avec de la farine de riz ). Ensuite, direction le village flottant. On embarque et on découvre les si jolies maisons sur pilotis. ( En vrai ce n’est pas réellement un village flottant mais des maisons sur haut pilotis pour les variations du lac).

Elle nous explique le rôle de leur association : aider les enfants avec deux écoles. Une école pour les petits à partir de 6 ans et une autre école d’informatique où ils apprennent à se servir d’un ordinateur et d’internet. Tout est clair, elle nous dit vraiment ou va notre argent. Il n’y a pas de « forçage d’acheter quoique ce soit » et il est interdit de prendre les enfants en photos. ( Je trouve ça logique, grandir avec des touristes qui te prennent sans cesse en photo … quelle horreur !). Nous passons par un petit marché qui vend des « brochettes de serpent d’eau » et étrangement personne ne veut goûter 😀 ( mon végétarisme me sauve bien la mise ).

La journée se termine avec un joli coucher de soleil sur le lac.

Vraiment on repart heureux de ce beau moment avec les habitants et cette ambiance si particulière de village « flottant ». Le tour ne coûte pas plus cher que les autres plus touristiques donc je vous le conseille à 10000 pour-cent ! Mais attention, on peut vite se perdre avec les centaines de tours organisés, voyez mes infos pratiques pour ne pas vous tromper 🙂

Découvrez aussi l’article publié sur leur site web suite aux photos de Loic. Ainsi que celles qu’il a publié sur sa page facebook.

En voici quelques unes pour vous mettre l’eau à la bouche :

tourisme durable à siem reap

tourisme durable à siem reap

tourisme durable à siem reap

tourisme durable à siem reap

INFOS PRATIQUES :

CIRQUE PHARE

Site web  : https://pharecircus.org

Représentations à 8 pm chaque jour et le lundi/jeudi et samedi représentation supplémentaire à 5pm

Prix : à partir de 18$

DÉCOUVERTE DES VILLAGES FLOTTANTS :

Nom : Community first : Kompong Khleang Floating village tours

Contactez les via Tripadvisor ou via leur site web

Prix : il me semble que nous avons payé autour de 70$ pour deux personnes. Ça les valait largement.

 

J’espère que vous avez aimé mon article, si c’est le cas, n’hésitez pas à la partager sur vos réseaux sociaux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fringilla tristique dapibus Aenean venenatis, quis, luctus mi,